Balade botanique au jardin des Dauphins de Grenoble

Je sais que ceci fera écho chez les jeunes parents : avec un jeune enfant, mieux vaut prévoir un plan B et être prêt à s’adapter pour passer avec lui un joli dimanche, le sourire aux lèvres. Dimanche donc, nous avions prévu de profiter d’une journée automnale radieuse pour marcher sur les hauteurs, côté plateau du Vercors. Un dernier pique-nique avant l’hiver sous un grand ciel bleu…

Arnica, mon ami.
Mais voici qu’une course effrénée dans le couloir se termina par une impressionnante bosse au front de la coccinelle et que notre journée en montagne s’évanouit aussitôt pour mieux dorloter la demoiselle.
Comme la fin d’après-midi s’annonçait mieux pour elle, après une sieste et plusieurs granules d’arnica, nous avons sauté sur nos vélos, goûter dans le sac, pour aller découvrir le jardin des Dauphins de Grenoble et son sentier botanique, bien décidés à voir quelques panoramas et à gravir quelques mètres.
jdd - arocaria
Le désespoir des singes
Au pied de la porte de France, implantés dans les anciennes fortifications de Lesdiguières, le jardin des Dauphins nous réservait plusieurs bonnes surprises. Parés à grimper le sentier botanique jusqu’à ce que la nuit nous demande de faire demi-tour, nous avons été accueillis par un araucaria, qui est un peu l’arbre totem de notre petite famille, à commencer par le papa de la coccinelle. On l’appelle aussi poétiquement  « le désespoir des singes. » Vous comprendrez pourquoi en approchant de ses branches.

Des jeux pour les enfants et des agaves
Une fois saluée une statue équestre fort peu commune puisque le cavalier est une femme : Philis de la Charce, nous suivons la pente et débouchons successivement sur deux espaces de jeux pour enfants. Déjà, la vue sur la ville rend le goûter agréable. On y découvre, à flan de falaise, un jardin de cactus et d’agaves qui adoucit un peu l’aspect minéral des lieux. Il semble qu’un micro-climat, lié à la roche et à son exposition, permette à une flore du sud de se développer joliment.
jdd - cactus

En continuant notre chemin, on croise en pleine terre un cèdre bleu, cet arbre mythique du Liban, un grenadier, un néflier et même un oranger ….. Tous ces arbres remarquables sont signalés d’un panneau discret pendant notre ascension.
A deux ans et demi, la cime d’un arbre, c’est haut. Par contre, son écorce est à portée de main et la coccinelle peut s’amuser à la toucher.
Le jeu la lasse rapidement, et ce sont les feuilles rouges et jaunes qui ont sa faveur, les bancs installés dans chaque recoin du parc et qu’il faut tous essayer, les petites passerelles à traverser et surtout, les portes en pierre et les tunnels, vestige des fortifications de la Bastille.

jardin des dauphins 2jdd tour

GR9
Le jardin des Dauphins est aussi le point de départ du GR9, qui mène d’abord jusqu’aux grottes de Mandrin, puis file vers Chamechaude, la dent de Crolles, avant de traverser la Chartreuse pour terminer en Savoie à Yenne.
Pour l’heure, la nuit tombe, on redescend le sentier en rêvant au GR9 qu’on parcourra un jour prochain, le sourire aux lèvres, en rencontrant peut-être quelques fleurs d’arnica qu’on ne cueillera pas.
plan jardin des dauphins
Accès :
Jardin des Dauphins
4, quai de France
38000 Grenoble
Plus d’infos sur le site d’Isère tourisme 

Pour en savoir plus sur la blogueuse : c’est ici !
Partagez cet article et retrouvez Au gré des petits petons sur les réseaux sociaux :
fb_icon_325x325twitter log

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s